Maigrir durablement avec l’E.F.T.

Dernière mise à jour : oct. 13



Vous n’arrivez pas à maigrir ? Votre volonté n’est pas en cause, contrairement à ce que beaucoup pensent.


Se focaliser uniquement sur l’alimentation et l’exercice pour perdre du poids, c’est oublier une composante clé : l’aspect émotionnel.

En effet, il joue un rôle important dans le surpoids.


Ainsi, s’il vous est difficile d’obtenir des résultats durables quel que soit le régime que vous suivez, il y a une bonne nouvelle : vous pouvez changer cela en vous libérant de certaines émotions !


L’E.F.T. est un ensemble de techniques de libération émotionnelle. Elle fait partie des pratiques dites psychocorporelles, car elle traite des difficultés psychologiques en travaillant sur le corps au travers de légers tapotements effectués sur une série de points d’acupuncture.


Dans la perte de poids, l’E.F.T. est une excellente alliée car elle permet de traiter différents aspects liés au surpoids.

Les croyances limitantes telles que « je n’ai jamais été mince », « je n’arriverai jamais à maigrir » ou encore « dans ma famille on est tous en surpoids », etc... Ces croyances, si elles ne sont pas traitées, peuvent faire obstacle à une perte de poids durable.


Les bénéfices secondaires : il arrive souvent que l’on tire un ou plusieurs avantage(s) — conscient(s) ou non — d’une situation a priori défavorable : on peut p. ex. se persuader d’avoir un côté « nounours » mignon grâce à ses bourrelets, penser que son compagnon ou sa compagne aime ses bourrelets, etc. Il est donc nécessaire de traiter ces « bénéfices secondaires » pour atteindre ses objectifs.

L’élément déclencheur et les évènements spécifiques qui ont contribué à la prise de poids. Un traumatisme (divorce, perte d’un être cher ou d’un emploi, départ des enfants, etc.) peut engendrer un besoin de manger. En se libérant de tels traumatismes et des émotions qu’ils ont pu engendrer, on se libère également de tous les comportements qu’ils ont provoqués.

La perception que l’on a de soi-même, le but en E.F.T. étant de s’accepter et de s’aimer le plus possible.


Les émotions, les sentiments :

- l’E.F.T. aide à s’affranchir de ses schémas : « je mange quand je suis triste/en colère/stressé(e), quand je m’ennuie, etc. » ;

- « j’ai peur que l’on ne me reconnaisse plus, que mon mari/ma femme ne m’aime plus... » : si ce genre de peurs ne sont pas libérées, elles peuvent rendre la perte de poids difficile ;

- « je me sens frustré(e)/privé(e) quand je ne cède pas à la tentation » : l’idée ici serait de manger mieux sans que cela soit pénible.

Les pensées en lien avec la consommation excessive d’aliments, comme : « après une journée de travail/un effort, j’ai bien droit à un petit plaisir... ». Ici, l’E.F.T. permet de créer un déconditionnement.

La symbolique des aliments, par exemple : « quand j’étais enfant et que je pleurais, ma mère me donnait toujours une sucrerie. Le sucre est donc devenu un réconfort pour moi... » Là aussi, il s’agit de se déconditionner.

Quelle que soit la problématique abordée, l’E.F.T. présente l’avantage fondamental d’être une technique dont les bases sont faciles à apprendre. Cela permet de faire de l’E.F.T. en toute autonomie chaque fois que vous ressentez l’envie de manger n’importe quoi, n’importe quand, ou en prévention, par exemple avant un repas chez des amis.

Prenez soin de vous.


Amélie FRIDEL

Psychopraticienne spécialisée et certifiée en E.F.T.

06.23.10.01.67

fridel-amelie@gmx.fr